dimanche 30 août 2015

Quand je n'ai pas de bleu...

je mets du rouge...
picasso 
" Le ciel n'est bleu que par convention, mais rouge en réalité "  Alberto Giacometi  



















J'ai beau cadenasser mes paupières 

pour couver mon rêve rouge le plus longtemps possible 
il finit par s'échapper.   Mathias Malzieu " métamorphose en bord du ciel "

Je suis à la roulette de mon corps 
et je joue sur le rouge. 
Tout me distrait indéfiniment sauf de ma distraction même Louis Aragon


















Ceux qui voient le soleil dans les yeux d'une maîtresse 

et lisent leurs blessures sur des lèvres peintes en rouge 
et la houle du large dans les hanches d'une femme 
ceux-là voient bien plus loin que la plupart des autres.
Pascal Jardin "Je te reparlerai d'amour"  




Celui qui veut unir dans un accord mystique 
L'ombre avec la chaleur 
la nuit avec le jour 
Ne chauffera jamais son corps paralytique 
A ce rouge soleil que l'on nomme l'amour
Charles Baudelaire " Femmes damnées "


Mais l'amour, c'est autre chose. 

L'amour ne laisse aucun répit. 
L'amour est insomniaque. 
L'amour est une démultiplication. 
L'amour est rapide. 
L'amour c'est demain. 
L'amour c'est un tsunami. 
L'amour est rouge sang.
Alessandro d'Avenia "blanche comme le lait, rouge comme le sang"     



Le bleu de la mer rouge paraît d'autant plus bleu qu'on l'appelle rouge 
Cela ne tient pas à la chimie des vagues ou de la lumière mais à la chimie poétique 



Eric-Emmanuel Schmitt " Ulysse from Bagdad "




6 commentaires:

  1. Merci grande Dame aux pensées vagabondes, j'aime beaucoup ces portraits de femmes, la poésie qui l'accompagne et aussi le grand le beau le magnifique Ibrahim Maalouf :-)
    Du fond de mon cœur...merci et bon week-end Pascal !!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci Marie k ...merci d'aimer ce que je fais Et en effet Ibrahim Maalouf est juste sublissime ...

      Supprimer
  2. "Parce que chaque mot cache une fin du monde
    et que l'ombre rend plus vive la lumière
    la vie belle de sa blessure rouge
    flamboie de tristesses éparpillées
    un rouge exubérant à en mourir
    un rouge à aimer sans prendre souffle
    à boire comme un merveilleux poison
    le rouge de mon amour me brûle si fort...(Kettly Mars)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Magnifique ...merci Jeannik Je ne connaissais pas Kettly Mars Je suis sous le charme du poème Dérive en rouge et curieuse d'en connaître plus sur Kettly Je la mettrais sûrement à l'honneur sur mon blog Tant elle m'inspire déjà ...Merci encore pour ce partage ...

      Supprimer
  3. Magnifique post chère Maria José , je suis sous le charme de ces images et ces mots, la passion et la beauté t'habitent merveilleuse d'âme . Amitiés et admiration. Eliane.

    RépondreSupprimer

Les commentaires sont modérés. Merci pour votre compréhension !