mercredi 18 novembre 2020

J'attends un ailleurs !




Je me réveille dans le désespoir
D'une journée nouvelle, de mes désirs
Pas encore dessinés
Pas encore frottés de couleurs.
.........

J'attends qu'un miracle apparaisse
Me réchauffe, chasse ma peur
J'attends que de tous les cotés tu viennes à moi
.....
Chagall " poèmes"








lundi 9 novembre 2020

dans mes rêves, tu n'as pas de fin...





Je choisis de t'aimer en silence,
car en silence je ne trouve aucun rejet...
Je choisis de t'aimer dans la solitude,
car dans la solitude personne ne t'appartient, sauf moi.
Je choisis de t'adorer de loin,
car la distance me protège de la douleur...
Je choisis de t'embrasser dans le vent,
car le vent est plus doux que mes lèvres...
Je choisis de te retenir dans mes rêves
car dans mes rêves, tu n'as pas de fin...

Jalaluddin Rûmi " je choisis de t'aimer "







jeudi 1 octobre 2020

Toi c'est...


Toi c'est un mot
Toi c'est une voix 
Toi c’est tes yeux  et c’est ma joie

Toi c’est si beau
Toi c’est pour moi
Toi c’est bien là et je n’y crois

Toi c’est soleil
Toi c’est printemps
Toi c’est merveille de chaque instant

Toi c'est présent 
Toi c'est bonheur 
Toi c'est arc-en-ciel dans mon coeur







Toi c'est distant...
Toi c’est changeant…
Toi c’est rêvant et esquivant…


Toi c’est pensant…
Toi c'est taisant...
Toi c’est tristesse qui me prend…


Toi c’est fini.
Fini ? Pourquoi ?
Toi c’est le vide dans mes bras…
Toi c’est mon soleil qui s’en va…
Et moi, je reste, pleurant tout bas.






Esther Granek, Ballades et réflexions à ma façon, 1978

samedi 19 septembre 2020

Aimer c'est ...





Aimer, c'est de ne mentir plus.
Nulle ruse, n'est nécessaire
Quand le bras chaleureux enserre
Le corps fuyant qui nous a plu.

— Crois à ma voix qui rêve et chante
Et qui construit ton paradis.
Saurais-tu que je suis méchante
Si je ne te l'avais pas dit ?

— Faiblement méchante, en pensée,
Et pour retrouver par moment
Cette solitude sensée
Que j'ai reniée en t'aimant !

Anna de Noailles  " aimer, c'est de ne mentir plus "






mardi 1 septembre 2020

Chanson du Geôlier ...


Où vas-tu beau geôlier
Avec cette clé tachée de sang
Je vais délivrer celle que j'aime
S'il en est encore temps
Et que j'ai enfermée 
Tendrement cruellement 
Au plus secret de mon désir
Au plus profond de mon tourment
Dans les mensonges de l'avenir
Dans les bêtises des serments 
Je veux la délivrer
Je veux qu'elle soit libre
Et même de m'oublier 
Et même de s'en aller
Et même de revenir
Et encore de m'aimer 
Ou d'en aimer un autre 
Si un autre lui plaît
Et si je reste seul 
Et elle en allée
Je garderais seulement
Je garderais toujours 
Dans mes deux mains en creux
Jusqu'à la fin de mes jours
La douceur de ses seins modelés par l'amour 
Jacques Prévert "Chanson du Geôlier"



mardi 25 août 2020

Et que mes rêves ne soient finis !
























Je te vois t'accrocher aux rêves
Triste et dur sera ton réveil 
car poursuivant de faux soleils
en eux se desséchera ta sève   

En toi tu sais vivre par coeur 
à force d'imagination
Tristes et dures seront les heures 
te ramenant à la raison 










Tu vas, t'inventant des images 
inversant les réalités
Triste et dur sera le voyage
qui vient parfois te réveiller 

Eh bien, qu'il me soit triste et dur
Encor j'en veux payer le prix
Et que mes rêves ne soient finis !
Par delà mes réveils, qu'ils durent !

Esther Granek " rêves "


samedi 21 mars 2020

Le fado porte en lui un mystère...

et une magie tout entiers contenus dans son nom même...

                                   
Dizem ?  On le dit ?
Esquecem.  On l'oublie.
Nao dizem ?  Ne le dit ?
Disseram. L'aurait dit.
Fazem ?   On le fait ?
Fatal.   C'est fatal.
Nao fazem ?   Ne le fait ? 
Igual.   C'est égal.


















Por quê ..Pourquoi donc
Esperar ? Espérer ?
Tudo é  ..Car tout n'est
Sonhar .. que rêver.







 Fernando Pessoa "dizem/on le dit"













lundi 24 février 2020

L'échange !


J'ai côtoyé l'abîme
L'échange me recrée

Dans ces cœurs
Dans ces corps
J'ai eu lieu
Et sauvegarde

Inachevé pourtant

Je vais et puis je vais

Vers des régions toujours à naître

Mais que je suis
Mais que je sais.

Andrée Chedid  " L'échange "








samedi 18 janvier 2020

Je ne suis plus d'ici ...

J'écrivais pour me maintenir en vie, pour ne pas chuter. 
J'écrivais parce que c'était la seule manière que j'avais trouvée d'habiter le monde.










Je n'étais plus d'ici.
Et puisqu'il semblait acquis que je ne serais jamais non plus d'ailleurs, j'étais désormais condamné à errer au milieu de nulle part.


Olivier Adam "les lisiéres "




lundi 16 décembre 2019

Oser enfreindre les traditions ...





« Il y a des traditions, des religions, qui vous marquent dans votre propre chair et qui saignent votre enfance. 
Ce fardeau que l’héritage de vos ancêtres, de vos parents, vous impose, vous habite comme s’il était dans vos gènes.


Vous en débarrasser demande un effort incommensurable. Non seulement vous devez vous débarrasser de cette enveloppe invisible contaminée par tant de « certitudes et de vérités » qui vous semblent fausses et étrangères; mais aussi lutter pour vous extirper de l’instinct grégaire. 
Agir ainsi est l’injure ultime, la pire trahison à la communauté à laquelle vous êtes condamnés à appartenir. Cette communauté qui s’arroge le droit de fabriquer votre identité. »

Abel Aboualiten

vendredi 1 novembre 2019

Si tu ré-inventais la terre ...



Si tu ré-inventais la terre
Songerais-tu à lever océans et soleils
A convoquer les saisons
A mettre au monde les hommes?

Si tu ré-inventais la terre


Logerais-tu mêmes fièvres dans leurs entrailles

Mêmes arcanes dans leurs cœurs

Dans leur souffle les mêmes dieux?

Si tu ré-inventais la terre
Romprais-tu l'épée des supplices


Contiendrais-tu les crues de la haine
Changerais-tu les soupçons en bienfaits?

Si tu ré-inventais la terre
Redresserais-tu les décrets du sang
Abrogerais-tu la mort nécessaire
Provoquerais-tu d'autres alchimies?

Si tu ré-inventais la terre
Drainerais-tu les plaies de nos batailles
Absorberais-tu nos vides et nos sanglots
Répandrais-tu l'ivresse d'exister?

Andrée Chedid Si tu ré-inventais la terre..."


je te dédie ce post Marie-Elisabeth, merci pour ta belle amitié...♥

vendredi 18 octobre 2019

Nous dormirons ensemble !


Que ce soit dimanche ou lundi 
Soir ou matin minuit midi 
Dans l'enfer ou le paradis 
Les amours aux amours ressemblent
C'était hier que je t'ai dit 
Nous dormirons ensemble



C'était hier et c'est demain 
Je n'ai plus que toi de chemin
J'ai mis mon coeur entre tes mains
Avec le tien comme il va l'amble
Tout ce qu'il y a de temps humain 
Nous dormirons ensemble


Mon amour ce que fut sera
Le ciel est sur nous comme un drap
J'ai refermé sur toi mes bras
Et tant je t'aime que j'en tremble
Aussi longtemps que tu voudras 
Nous dormirons ensemble


Louis Aragon "Nous dormirons ensemble"


samedi 14 septembre 2019

Je recherche l’Autre !




À force de m’écrire
Je me découvre un peu
Je recherche l’Autre

J’aperçois au loin
La femme que j’ai été
Je discerne ses gestes
Je glisse sur ses défauts
Je pénètre à l’intérieur
D’une conscience évanouie
J’explore son regard
Comme ses nuits

Je dépiste et dénude un ciel
Sans réponse et sans voix
Je parcours d’autres domaines
J’invente mon langage
Et m’évade en Poésie

Retombée sur ma Terre
J’y répète à voix basse
Inventions et souvenirs

À force de m’écrire
Je me découvre un peu
Et je retrouve l’Autre.

Andrée Chedid " l'Autre "